virer

virer

virer [ vire ] v. <conjug. : 1>
XIIe ; lat. pop. °virare, de vibrare « faire tournoyer », i long d'apr. librare, même sens
I V. tr.
1Mar. Faire tourner. Virez le cabestan.
2(1636) Transporter (une somme) d'un compte à un autre; effectuer le virement de. Virez la somme à mon compte.
3(1856) Faire virer (II) (une épreuve photographique).
Fam. Virer sa cuti.
4(1913; p.-ê. de vire de bord ! fam. « va-t'en ! », ou v. dial. « chasser [le bétail] en le faisant tourner ») Fam. Virer qqn, le renvoyer. À la porte, virez-le ! vider, expulser. Il s'est fait virer (de son travail). licencier; fam. balancer, lourder.
Fam. Virer qqch., l'enlever, s'en débarrasser. Virez-moi tous ces vieux journaux.
II V. intr.
1(1480) Tourner sur soi, tourner en rond. « Des ailes [de moulin] qui viraient au mistral » (A. Daudet). « Elle virait comme une toupie » (Giono). Loc. Fig. et vieilli Faire tourner et virer qqn, le soumettre à ses caprices. Virer à tout vent : changer.
2(1694) Mar. Changer de direction. Virer de bord : changer d'amures. Virez vent devant !
3Par ext. Aller en tournant. Braquer pour virer. Des enfants « montés sur patins et sur luges, s'élançaient, viraient » (Colette). Virer à droite, sur sa droite.
4Photogr. Changer de couleur par le virage. Épreuves qui virent bien. Par ext. Les bleus de cette reproduction ont viré.
Cutiréaction qui vire, qui devient positive.
III V. tr. ind. (XIIIe; se virer h. XVIe) VIRER À : devenir; changer d'aspect, de caractère. ⇒ tourner. Virer à l'aigre, au rance. Spécialt Changer de couleur. Papier de tournesol qui vire au rouge. « Le lobule des oreilles, depuis quelques années, virait au violet [...] quand Joseph succombait à la colère » (Duhamel).
Virer (à) (suivi d'un nom) :changer, évoluer pour devenir. Il a viré voyou.
⊗ HOM. Vire :virent (voir).

virer verbe intransitif (latin populaire virare, du latin classique vibrare, balancer) Tourner sur soi-même ; changer complètement de direction : L'hirondelle tourne et vire sans cesse. Prendre un virage : Virer à droite. Changer d'opinion et s'orienter politiquement vers telle idéologie. Exercer un effort sur un cordage ou sur une chaîne par enroulement sur un treuil ou sur un guindeau. ● virer (expressions) verbe intransitif (latin populaire virare, du latin classique vibrare, balancer) Manquer à virer, ne pas réussir la manœuvre du virement de bord. Virer de bord, changer de direction pour se diriger vers un point se trouvant à l'opposé ou presque. (On vire de bord vent devant ou lof pour lof [vent arrière].) ● virer (homonymes) verbe intransitif (latin populaire virare, du latin classique vibrare, balancer)virer (synonymes) verbe intransitif (latin populaire virare, du latin classique vibrare, balancer) Tourner sur soi-même ; changer complètement de direction
Synonymes :
Prendre un virage
Synonymes :
Changer d'opinion et s'orienter politiquement vers telle idéologie.
Synonymes :
- tourner à
virer verbe transitif Transférer une somme d'un compte à un autre, faire un virement. Populaire. Enlever quelque chose (de quelque part), s'en débarrasser : On devrait virer tous ces vieux papiers. Virer le vieux buffet au grenier. Familier. Expulser quelqu'un d'un lieu, d'un groupe ; vider : On l'a viré du syndicat. Populaire. Congédier quelqu'un ou s'en séparer : Il a viré son employé. Changer la direction de la route du navire. Soumettre une photographie à l'opération du virage. ● virer verbe transitif indirect Changer de couleur, de goût : Le mauvais vin vire à l'aigre.virer (expressions) verbe transitif Virer l'ancre, faire effort sur la chaîne pour retirer l'ancre du fond. Virer un filet, le sortir de l'eau ; le mettre de telle façon que l'on puisse en extraire le poisson. ● virer (homonymes) verbe transitif virée nom fémininvirer (homonymes) verbe transitif indirect virée nom féminin

virer
v.
rI./r v. tr.
d1./d COMPTA et cour. Faire passer d'un compte à un autre. Virer une somme.
|| (Afr. subsah.) Fam. Virer qqn, lui payer son salaire par virement.
(Passif) être viré: percevoir son salaire.
d2./d PHOTO Virer une épreuve, lui faire subir un virage (sens 2).
d3./d Fam. Virer qqn, le renvoyer, l'expulser.
d4./d MAR Haler sur (un cordage, une chaîne) au moyen d'un treuil, d'un cabestan, etc.
|| Par ext. (Québec) Faire tourner. Virer une manivelle.
d5./d (Québec) Virer ou virer de bord: tourner à l'envers. Virer une crêpe dans la poêle.
Retourner sur un même axe. Virer de bord le livre de son copain d'en face pour pouvoir lire.
Virer la tête, la détourner.
|| v. Pron. Se virer (de bord): se retourner.
Fig. Se virer de bord: refaire ses plans, se reprendre en main (après un échec, une épreuve, etc.). Syn. (se) revirer.
d6./d (Québec) Virer de bord ou virer à l'envers: renverser. Virer le canot à l'envers pour enlever l'eau. Syn. revirer de bord, à l'envers.
d7./d Par ext. (Québec) Virer à l'envers: mettre en désordre.
Pp. Sa chambre est toute virée à l'envers.
|| Fig. Bouleverser.
Pp. être viré à l'envers après une rupture. Syn. revirer à l'envers.
d8./d Loc. Fam. (Québec) Virer son capot (de bord): V. capot (1, sens 2).
Virer une brosse: V. brosse (sens 4).
rII./r v. tr. indir.
d1./d Passer (à un autre état, une autre couleur). Virer à l'aigre, au bleu.
d2./d (Québec) Devenir. Virer voyou. Virer fou.
Virer péquiste, libéral, etc.: abandonner un parti pour le Parti québécois, le Parti libéral, etc.
rIII/r v. intr.
d1./d Tourner sur soi ou tourner en rond. Virer d'un demi-tour.
d2./d MAR Virer de bord ou, absol., virer: pour un navire, offrir au vent le côté qui était sous le vent.
|| Par ext. (Québec) Revenir en arrière, sur ses pas. Elle a viré de bord en chemin.
Virer de bord, à l'envers: chavirer; se renverser. Auto qui vire de bord dans un fossé. Syn. revirer (de bord).
d3./d Fig., cour. Virer (de bord): changer d'opinions politiques, de parti.
(Québec) Virer mal, mal virer: mal tourner (en parlant de qqn ou de qqch). Garçon qui a mal viré. Cette soirée a mal viré.
d4./d Cour. Aller en tournant, prendre un virage. Virer trop court.
(Québec) Tourner, changer de direction. Virer à droite à une intersection.
d5./d PHOTO Subir un virage (sens 2). épreuve qui vire.
|| Par ext. Changer de teinte. étoffe, couleur qui vire.
|| MED Cutiréaction qui vire, qui devient positive.

⇒VIRER, verbe
I. — Empl. intrans.
A. — 1. Tourner sur son propre axe, sur soi-même.
a) [Le suj. désigne un animé] Cela se terminait d'habitude par d'effrayantes parties à deux, des gambades de chèvre au milieu de la chambre bouleversée. Elle se jetait à son cou, il la faisait virer ainsi qu'une toupie, les jupes volantes, redevenu gamin lui-même, riant tous deux d'un bon rire d'enfance (ZOLA, Joie de vivre, 1884, p. 839). C'était un tabouret [de piano] à vis. Parfois M. Courtois virait vers la droite ou la gauche, et la vis travaillait avec un âcre grincement (DUHAMEL, Notaire Havre, 1933, p. 199).
b) [Le suj. désigne un inanimé] Une salle que remplissaient des cuves, où virait sur lui-même un axe vertical armé de bras horizontaux (FLAUB., Éduc. sent., t. 1, 1869, p. 249). Comme il met le pied sur le perron du numéro 3, la porte vire sur ses gonds (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 713).
2. [Le suj. désigne un animé] Se déplacer en décrivant une ou des ligne(s) courbe(s). Le chien trottait, sautait, virait autour d'elles, faisait dix fois le chemin (POURRAT, Gaspard, 1922, p. 33).
Vieilli ou région. (notamment Ouest) [Souvent associé à tourner]. Aller et venir. [L'hirondelle] tourne et vire sans cesse, (...) décrivant une infinité de courbes gracieuses qui varient (MICHELET, Oiseau, 1856, p. 150).
3. P. ext. Changer de direction.
a) [Sans compl. de direction] Des skieurs, des cyclistes virent. Le vieux donna quelques coups d'aviron et la barque, ayant viré doucement, fila sur les eaux brillantes (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 171). Suivant le type de véhicule, on se rend immédiatement compte si les amortisseurs sont convenablement réglés. Par exemple, une « Aronde » ou une « 203 » doit virer sensiblement à plat (CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p. 356).
Virer court. Changer fortement ou brusquement de direction. Devant les points noirs des hommes qui tombaient autour d'un seul parachute ouvert, il voyait les faces terrifiées de son bombardier et du mitrailleur avant: il vira plus court et fila pleins gaz sur Alcala (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 669).
Virer de n degrés. Il fallut que l'avion eût viré de 90 degrés pour que Magnin pût voir le résultat (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 819).
b) [Avec un compl. de direction]
— [compl. introd. par vers] Largilier vit lentement virer vers lui un visage blanchâtre et grimaçant (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 461). En partic. [En parlant du vent] Les fumées avaient un peu tourné depuis la veille, et (...) le vent d'est-sud-est avait nettement viré vers le nord (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p. 26).
— [compl. introd. par sur] C'est un avion d'observation, il vole à cinquante mètres (...), il vire sur l'aile gauche, deux fois, trois fois (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 221).
— [en constr. dir.] La fusée s'enflamma, tournoya, illumina une plaine et s'y éteignit: c'était la mer. Il pensa très vite: « Perdu. Quarante degrés de correction, j'ai dérivé quand même. C'est un cyclone. Où est la terre? » Il virait plein Ouest. Il pensa: « Sans fusée maintenant, je me tue » (SAINT-EXUP., Vol nuit, 1931, p. 123).
4. MARINE
a) ,,Exercer un effort sur un cordage ou sur une chaîne par enroulement sur un treuil ou sur un guindeau`` (GRUSS 1978). Virer au treuil. L'équipage (...) n'aurait pas trop de toutes ses forces pour virer au guindeau (VERNE, Enf. cap. Grant, t. 3, 1868, p. 52). V. amarre ex. 3, cabestan ex. 3.
Virer à pic. ,,Virer suffisamment de chaîne à bord pour que l'étrave vienne se placer au-dessus de l'ancre`` (GRUSS 1978). Virer sur l'ancre. ,,Tourner le cabestan, autour duquel est une corde ou une chaîne, au moyen de laquelle on lève l'ancre jusqu'à ce qu'elle soit en haut`` (JAL1).
b) Virer de bord. V. bord I A 2.
B. — 1. [Le suj. désigne un inanimé] Changer de couleur. Les raisins rouges ont bientôt tous viré de couleur (AMIEL, Journal, 1866, p. 453).
Virer à/au + subst. désignant une couleur. Dois-je vous parler de la mort des hortensias, (...) transplantés dans le meilleur massif, pourtant composé d'excellent terreau et d'ardoise pilée, qui fait virer leur teinte au bleu? (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 183). La baisse du voltage fait virer la lumière à l'orange, puis au rouge (SERRIÈRE, T.N.P., 1959, p. 97).
CHIM. ,,Changer de couleur, en parlant d'un indicateur d'acidité, d'un tissu, etc.`` (DUVAL 1959). Le liquide est coloré en rouge par l'hélianthine. On fait couler goutte à goutte la potasse dans le vase à précipité, en agitant au fur et à mesure jusqu'à ce que le liquide vire franchement du rouge au jaune (QUÉRET, Industr. gaz, 1923, p. 141).
P. anal. « (...) Je ne reconnais pas mon texte. Remy! Où êtes-vous? Remy! Remy! » Sa voix virait à l'aigre (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p. 168).
2. MÉD. [En parlant d'une cuti] Devenir positive. Ces polyarthrites fluxionnaires et mobiles apparaissent cependant que vire la cuti-réaction et que s'extériorisent les images ganglio-pulmonaires (RAVAULT, VIGNON, Rhumatol., 1956, p. 536).
3. [Le suj. désigne une pers.]
a) Virer à + subst. Adopter tel ou tel mode de vie ou de pensée. L'enfant devient moins lymphatique et plus sanguin, il vire lentement au respiratoire, tout en conservant et perfectionnant ses propriétés digestives (Arts et litt., 1935, p. 44-5).
En partic. [En parlant d'opinions pol.] Virer à gauche, à droite. François Mitterrand, loin de « virer à droite », bravait tous les interdits qui frappent le P-C (Le Nouvel Observateur, 29 juin 1981, p. 21, col. 1).
b) Fam. Virer + subst. attribut. Devenir. Le Vietnam ne fait plus peur. De quoi (...) virer « parano » (Le Point, 2 mars 1981, p. 132, col. 1).
II. — Empl. trans.
A. — 1. Vx ou région. (notamment Ouest et Québec). Tourner, retourner. Il amène (...) cinq cents charges de gazon ou terre de bruyère. Il la laisse mûrir à l'air, de temps en temps la vire, la remue avec cent à cent cinquante charges de fumier qu'il entremêle parmi (COURIER, Pamphlets pol., Gazette du village, 1823, p. 180). Gondran vire ses yeux à droite et à gauche (GIONO, Colline, 1929, p. 35). Empl. pronom. Se tourner. Alphonsine (...) se vira, brusquement agressive, du côté de Venant (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 88).
— [Associé à tourner] Après, c'est le gymnase. Yves le fait faire à son fils, le tournant, le virant, la tête en bas, les jambes en l'air, à bout de bras (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 414).
2. Déplacer d'un mouvement tournant. Au débarquement, la marchandise est (...) hissée hors des cales, virée au-dessus des panneaux et livrée le long du bord (M. BENOIST, PETTIER, Transp. mar., 1961, p. 55).
3. MAR. [Corresp. à supra I A 4] Faire tourner une chaîne, un cordage pour exercer une traction; faire tourner un cabestan, un treuil. À la fatigue, pour filer un câble, pour virer un cabestan, Jean Valjean valait quatre hommes (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 116).
4. Familier
a) Virer qqc. Changer quelque chose de place, lancer avec brusquerie. Synon. balancer. [Ma mère] m'aurait viré dans la trompe tout ce qu'elle trouvait sous sa main... seulement pour que j'insiste plus (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 356).
b) Virer qqn. Faire sortir quelqu'un d'un lieu violemment; mettre à la porte. On subit la loi des plus nombreux, des plus forts (...) on se fait virer à coups de pompes, de poings (...). On n'arrive pas à se maintenir longtemps dans la place (A. BOUDARD, Le Café du pauvre, Paris, Le Livre de poche, 1985 [1983], p. 195).
En partic. Renvoyer quelqu'un de la situation qu'il occupe, congédier. Avant de quitter la boutique on m'avait prévenu que si j'émanais des odeurs, je serais viré séance tenante (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 99).
c) Se virer. Se retourner, se renverser. Quelques bornes avant Sommacampagna, nous passons à côté d'un camion-remorque venant de se virer (L'Express, 16 févr. 1976, p. 98, col. 2).
B. — 1. PHOT. Virer une épreuve, une image, une photographie. La transformer en une image d'une couleur déterminée. Au lieu de se présenter sur teintes grises allant du noir au blanc, l'image prend alors la teinte désirée, aussi subtilement graduée que l'image non virée (PRINET, Phot., 1945, p. 46).
— [En cont. métaph.] L'image (...) allait s'effacer, Edmond en était bien sûr, et il n'y avait pas de réactif pour virer dans sa mémoire l'instantané déjà ancien (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 280).
2. MÉD. et au fig. Virer sa cuti. V. cuti(-)réaction.
C. — FIN. Virer (le montant d')une somme d'un compte à un autre. Faire passer, transférer une somme d'un compte à un autre compte. L'Assemblée (...) décide (...) du montant des crédits qui lui seront nécessaires (...), et le Ministère des Finances est obligé de virer ces sommes à son compte (LIDDERDALE, Parlement fr., 1954, p. 116).
COMPTAB. [P. méton. du compl. d'obj.] Virer un compte. Ces frais, ainsi calculés pour chaque section, sont ensuite virés dans les comptes des prix de revient selon la méthode générale (VILLEMER, Organ. industr., 1947, p. 194).
Prononc. et Orth.:[], (il) vire []. Homon. et homogr. formes de voir: (ils) virent. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Trans. 1155 « tourner » (WACE, Brut, éd. I. Arnold, 11796); en partic. 1. a) ca 1225 « faire tourner quelqu'un en tous sens » (Vie de St Jean l'Evangéliste, éd. E. Westberg, 618); d'où 1690 tourner et virer qqn « essayer de faire parler quelqu'un » (FUR.); 1935 fam. virer qqn « jeter quelqu'un en bas de son lit » (FOMBEURE, Soldat, p. 38); b) 1549 mar. tourne & vire Le gouvernail (DU BELLAY, Vers lyriques, Contre les Avaritieux, 73-74 ds Œuvres poét., éd. H. Chamard, t. 3, p. 119); 1690 virer le cap (FUR.); 1797 virer l'ancre (CHATEAUBR., Essai Révol., t. 2, p. 388); c) 1844 « chasser » (SAND, Jeanne, p. 145: virer les mauvaises bêtes autour de ce corps); 1931 « (en parlant d'une personne) renvoyer » (d'apr. CHAUTARD, p. 675); 2. a) 1636 virer partie « payer par virement » (MONET, s.v. bilan); 1845 virer les parties (BESCH.); b) 1904 virer un compte (Nouv. Lar. ill.); 3. a) 1857 phot. les épreuves ainsi virées (L. FIGUIER, L'Année scientifique, I, p. 224 ds QUEM. DDL t. 12); b) 1969 fam. virer sa cuti, ici au fig. (Y. COURRIÈRE, La Guerre d'Algérie, Le Temps des Léopards, Paris, Fayard, p. 385). B. Intrans. 1. a) 1223 « changer » (GAUTIER DE COINCI, Mir. Vierge, II Chart. 10, 1038, éd. V. Fr. Koenig, t. 3, p. 500); b) ca 1433-69 « tourner sur son axe, sur soi-même » ici en parlant d'une roue (JEAN REGNIER, Les Fortunes et adversitez, éd. E. Droz, 796-797); c) ca 1480 « décrire une trajectoire incurvée ou circulaire (en parlant d'un être animé) » (GUILLAUME COQUILLART, Monologue, 330 ds Œuvres, éd. M. J. Freeman, p. 290); d) 1694 mar. virer de bord (CORNEILLE); au fig. 1884 (VERLAINE, Œuvres compl., t. 4, Poètes maud., p. 33); 1773 virer au cabestan (BOURDÉ, Man., II, 268 ds Fr. mod. t. 26, p. 59); e) 1858 « changer progressivement de direction (d'un véhicule ou de la personne qui le pilote) » ici d'un navire virer première (Le Sport, 18 août ds PETIOT 1982); 1892 d'un cycliste (Le Cycle, 13 oct., ibid.); 2. a) 1818 virer à « changer de caractère, de couleur » virer ... au violet (M. THÉNARD, Mémoire sur la combinaison de l'oxygène avec l'eau ds Mém. de l'Ac. des sc., t. 3, p. 443 [1763 (MACQUER, Art de la teinture en soie, p. 86: virer c'est faire tourner une teinture d'un jaune-rouge, à un rouge plus décidé)]); fig. 1936 virer du négatif au positif (THIBAUDET, Réflex. litt., p. 226); b) 1935 virer + attribut « évoluer, devenir » Les premières pentes des montagnes virent rose (MORAND, Bucarest, p. 123). D'un b. lat. , de « faire tournoyer » (cf. a. fr. le sens de « lancer en faisant tournoyer une arme » espiel li vire, JEAN BODEL, Saxons, éd. A. Brasseur, 264) par dissim. des deux labiales. Le -- de est devenu -- sous l'infl. du lat. d'époque impériale « balancer, lancer en balançant ». Fréq. abs. littér.:372. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 247, b) 355; XXe s.: a) 501, b) 875.
DÉR. Vireur, -euse, subst. a) Subst. masc. ) Mar. ,,Appareil qui se trouve sur tous les navires à propulsion mécanique et qui sert à faire tourner lentement l'arbre porte-hélice`` (GRUSS 1978). ) Mécan. ,,Tout système qui permet à un système bielle manivelle arrêté au point mort, de franchir ce dernier afin de pouvoir démarrer`` (PEYROUX Techn. Métiers 1985). b) Subst. masc. ou fém. ) Automob. ,,Se dit de la voiture qui tient bien sa trajectoire dans le virage`` (TRINTIGNANT, Pilote de Courses, 1957 ds PETIOT 1982). ) Athl. ,,Se dit de l'équipier, en course de relais, qui prend bien son virage`` (L'Équipe, 24 sept. 1965, ibid.). [], fém. [-ø:z]. 1res attest. 1364 « tourne broche » un vireur de fer (B. PROST, Inv. mobiliers, I, 33 ds Romania t. 35, p. 423), attest. isolée, a) ) 1539 « celui qui tourne, qui retourne » vireurs et tourneurs de mines (Ord. de Fr. 1er sur le faict de la just., f° 132 r°, Instit. ds GDF.) — 1611, COTGR., en partic. ) 1800 papet. et cart. (BOISTE), encore ds QUILLET 1965, b) 1861 mar. « tourteau circulaire monté sur l'arbre d'une machine » (ARMENGAUD, Moteurs à vapeur, t. 2, p. 372: le vireur a aussi pour objet de faire tourner la ligne d'arbres à bras), c) 1957 sports subst. masc. ou fém. « qui vire bien, qui prend bien les virages » ici en parlant d'une voiture une excellente vireuse (TRINTIGNANT, loc. cit.); de virer, suff. -eur2.
BBG. — HUBSCHMID (J.). Vivare. Rom. Philol. 1961/62, t. 15, pp. 245-253. — SPITZER (L.). Zur frz. Wortgeschichte. Z. rom. Philol. 1925, t. 45, pp. 589-592.

virer [viʀe] v.
ÉTYM. XIIe, trans.; du lat. pop. virare, de vibrare « faire tournoyer »; le i bref est devenu long sous l'infl. de librare, même sens; le rattachement au lat. viriæ « bracelet » (→ Vires), viriola (→ Virole), même sens, écarté par les romanistes, est défendu par Guiraud.
———
I V. tr.
1 Mar. a Faire tourner (un cordage, une chaîne) sur la poupée d'un cabestan, d'un guindeau, d'un treuil, pour exercer une traction, pour haler. || Virer le mouillage au guindeau.Absolt. || « Hardi les gars, vire au guindeau » (vieille chanson maritime). || Virer au cabestan (→ Mouiller, cit. 8).
Virer une bouée : en régate, Tourner autour d'une bouée marquant le parcours. || Virer la marque (se dit d'un yacht, dans une course).
b Pron. Vx ou régional. || Se virer : se tourner sur soi-même. || Se virer de droite et de gauche sur son oreiller (→ Éveiller, cit. 29; flanc, cit. 1).
2 (1636). Transporter (une somme) d'un compte à un autre; effectuer le virement de. || Virez la somme sur mon compte.
Par métonymie. Fam. || Virer qqn, le payer sur un compte. || J'ai été, je n'ai pas été viré.
3 (1856, épreuves virées, in Année sc. et industr. 1857, p. 225). Faire virer [→ ci-dessous, II., 4.] (une épreuve photographique).Par métaphore :
1 L'image, pourtant, allait s'effacer, Edmond en était bien sûr, et il n'y avait pas de réactif pour virer dans sa mémoire l'instantané déjà ancien.
Aragon, les Beaux Quartiers, II, XVIII.
Fam. Virer sa cuti : avoir pour la première fois une cuti-réaction positive. Cuti (pour les sens figurés).
4 (1913, in Chautard; probablt métaphore maritime — comme mettre les voiles, lever l'ancre — cf. virer le mouillage et aussi [intrans.] vire de bord « va-t'en », mar., in Nouveau Larousse illustré). Fam. || Virer qqn, le renvoyer (d'un lieu, d'une place). || À la porte, virez-le ! Vider. || Il s'est fait virer de son boulot. Licencier; fam. balancer, déboulonner, lourder.
1.1 Ils nous vireront, et ils feront venir des spécialistes de chez eux.
Georges Arnaud, le Salaire de la peur, p. 152.
———
II V. intr.
1 (1480). Tourner sur soi, tourner en rond. Tourner. || Les ailes du moulin qui viraient au mistral (→ 2. Droit, cit. 5). || L'eau qui vire (→ Susurrer, cit. 2).
2 (…) j'ai le cœur transi et la tête me vire; bien sûr, je vas (vais) mourir ou devenir fou.
G. Sand, François le Champi, X.
3 Comme il met le pied sur le perron du No 3, la porte vire sur ses gonds.
Martin du Gard, les Thibault, t. VIII, p. 127.
4 Elle changeait d'homme à toutes les danses (…) Elle n'essayait pas de retrouver son aplomb en tournant la tête de temps en temps à l'inverse de la danse comme font les filles, non, elle virait comme une toupie (…)
J. Giono, Jean le Bleu, VI.
Fig. Faire tourner et virer qqn, le soumettre à ses caprices.Virer à tout vent : changer (→ Girouette).
2 (1694). Mar. Changer de direction. || Paré à virer ! || Virer vent devant (→ Dieu, cit. 53), vent debout. || Virer vent arrière, lof pour lof (cit.). || Virer de bord (→ Gras, cit. 12; 2. quille, cit. 2) : changer d'amures.
5 (Le bateau) vira de bord, et vent arrière fit route vers la jetée, suivi par la brume rapide qui le gagnait.
Maupassant, Pierre et Jean, IV.
Fig. Changer d'attitude, d'opinion.
3 (1858, en parlant d'un bateau; 1892, cyclisme; 1899, autom., in Petiot). Aller en tournant, prendre un virage. Tourner (II., B.). || Braquer pour virer. || L'avion vire, monte encore (→ Hauteur, cit. 9). || Des enfants montés sur luges (cit.) viraient. || Cyclistes, skieurs qui virent.
6 L'auto du colonel vira dans la cour en fin de course et vint s'arrêter mollement (…)
P. Mac Orlan, la Bandera, VIII.
(En parlant d'un nageur). Effectuer un virage.
4 (XIIIe, attestation isolée; se virer, XVIe). Changer d'aspect, voir ses caractéristiques s'altérer (en parlant de substances, de coloris). Tourner. || Maquillage qui vire, qui change de couleur et de consistance. || Parfum trop vieux qui a viré, a changé d'odeur et de couleur (sous l'effet de l'air, de la lumière, du vieillissement).Chim. Changer de couleur par virage. || Papier de tournesol qui vire.(1856, in Année sc. et industr. 1857). || Épreuves photographiques qui virent bien.Par ext. || Les bleus de cette reproduction ont complètement viré.Au p. p. (Abusif). || « La couleur de l'image virée » (Rev. gén. des sc., 15 mars 1906, no 5, p. 237).
6.1 — Voulez-vous que je fasse virer du papier de tournesol pour charmer vos yeux ?
R. Queneau, Loin de Rueil, p. 96.
Méd. || Cuti-réaction qui vire, qui devient positive (→ ci-dessus I., 3., trans., virer sa cuti).
(1818). || Virer à (et n.). Devenir (qqch.). || Virer à l'aigre, au rance. || Tournesol qui vire au rouge. || Virer du noir au blanc (→ Fracassant, cit. 2), au gris (→ Squameux, cit. 2).
7 Le lobule des oreilles, depuis quelques années, virait au violet, et il en était ainsi des joues et du front, quand Joseph succombait à la colère (…)
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, X, I.
8 (…) la démangeaison (…) se transformait en une petite douleur cuisante (…) Mais au bout d'une minute, la petite cuisson calme virait en fausse douceur; puis cette douceur se hérissait de mille petites pointes d'une finesse affolante.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IX, XXVII, p. 241.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
DÉR. Virage, 1. vire, 2. vire, 1. virée, 2. virée, virement, vireton, virette, vireur, virure. — V. Vires.
COMP. Revirer, sous-virer, survirer. — Virelai.
HOM. 1. Virée, 2. virée.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужна помощь с курсовой?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • virer — VIRER. v. n. Aller en tournant. Il se joint ordinairement avec Tourner. & il est bas. Tournez & virez tant qu il vous plaira. vous avez beau tourner & virer. Il est aussi actif, & signifie Tourner d un costé sur l autre. Ainsi on dit en termes de …   Dictionnaire de l'Académie française

  • virer — Virer, act. acut. Est tourner comme en rond, et semble venir de Gyþrus, ou de Gyrare, par mutation de g, en v, Vertere in circulum, on y adjouste quelquesfois ce verbe Tourner, et dit on par plus grande emphase, Virer et tourner, et par… …   Thresor de la langue françoyse

  • virer — (vi ré) v. n. 1°   Aller en tournant.    Il se joint ordinairement avec tourner. Il ne fait que tourner et virer. 2°   Terme de marine. Tourner d un côté sur l autre. Virer à la côte. Virer au large.    Fig. •   Julien dit l apostat avait plus d… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • VIRER — v. n. Aller en tournant. Il se joint ordinairement avec Tourner, et il est familier. Tournez et virez tant qu il vous plaira. Vous avez beau tourner et virer. VIRER, est actif dans cette phrase figurée et populaire, Tourner et virer quelqu un,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • VIRER — v. intr. Aller en tournant. Ce bicycliste, cet automobiliste vire adroitement. Tournez et virez tant qu’il vous plaira. Fig., Faire tourner et virer quelqu’un, Le soumettre à ses caprices. VIRER, en termes de Marine, signifie Tourner, d’un côté… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Virer — Sur un bateau virer peut avoir plusieurs significations : Virer, de manière générique, c est changer de direction en agissant sur la barre. Un virement de bord désigne, sur un voilier la manœuvre consistant à changer d amure. Virer une… …   Wikipédia en Français

  • virer — v.t. Faire sortir, congédier, mettre à la porte : Virer quelqu un à coups de latte dans le cul. / Changer d opinion, de bord : Il a viré. / Virer sa cuti, subir un changement radical dans son existence …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • virer — vt Chasser, mettre à la porte, renvoyer d’un emploi. • Le patron m’a appelé ce matin: je suis viré. • – Tu ne vas pas le croire, mais on a été virés du café! Il paraît qu’on faisait trop de chahut. • La nouvelle vous attend au bureau. Vous êtes… …   Le petit dico du grand français familier

  • virer — vi. => Tourner …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Virer (Terme maritime) — Virer Sur un bateau virer peut avoir plusieurs significations : Virer, de manière générique, c est changer de direction en agissant sur la barre. Un virement de bord désigne, sur un voilier la manœuvre consistant à changer d amure en passant …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”